Mes lectures

Là où chantent les écrevisses, de Delia Owens

Inspirée par les dernières chroniques de Mumu Bocage, je me suis laissée tenter par la section Livres audio de la Bibliothèque numérique de Montréal. Joie d’y découvrir Là où chantent les écrevisses de Delia Owens, lu par Marie du Bled. Alors en cuisinant, en étendant le linge ou tout simplement allongée le soir dans mon lit, j’ai écouté quelqu’un me raconter une histoire. Et j’ai adoré tout autant l’expérience que le roman !

Barkley Cove, petit village côtier de Caroline du nord, dans les années 1950. Kia, une gamine de dix ans abandonnée par ses parents et sa fratrie, apprend à se débrouiller seule. Timide, réservée, elle n’a pour ami que Jumping et sa femme Mabel, pris d’affection pour cette fillette et l’aidant à survivre en lui achetant des moules qu’elle pêche et du poisson séché. Le marais, sa faune et sa flore deviennent sa maison, son refuge, sa famille. Elle y navigue à bord de sa petite barque à moteur, curieuse et observatrice de la vie foisonnante du marais. Elle y rencontre Tate, un jeune garçon du village, avec lequel elle connaît ses premiers émois amoureux. mais Tate part étudier à l’université l’abandonnant à son tour.

1969. Le corps de Chase Andrews, le beau gars du village, est retrouvé mort dans le marais. Évidemment, la meurtrière tout désignée semblerait bien être Kya, surnommée au village « la fille des marais ». Cette enfant étrange qui a grandi, échappant à tous, jugée comme idiote, analphabète, crasseuse.

L’auteure, Delia Owens, nous offre une histoire empreinte de sensibilité et de délicatesse dans laquelle le marais est un personnage à part entière. Elle décrit avec précision et poésie la forme des coquillages, les plumes des oiseaux, la reproduction de cette vie grouillante et merveilleuse. Elle parvient également à dresser une histoire subtile entre roman initiatique et enquête policière prenante. Tout au long de l’écoute du roman, j’ai vibré avec Kya, tremblant et me révoltant avec elle, et surtout espérant un dénouement juste et heureux. Une lecture coup de cœur !

Là où chantent les écrevisses, de Delia Owens, lu par Marie du Bled, Audiolib, 2020 (11h18 min d’écoute)

2 réflexions au sujet de “Là où chantent les écrevisses, de Delia Owens”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s