Mes lectures

Une fille pas trop poussiéreuse, de Matthieu Simard : une dystopie grinçante

L’auteur Matthieu Simard nous embarque à la fin du monde. Brusquement, un nuage de cendres épais s’est abattu sur la planète et les survivants se débrouillent sans électricité, sans téléphone et sans Wifi (c’est dans ce manque que réside probablement le plus grand drame de l’humanité;), sans médicaments, sans grand chose à manger… et sans même de larmes pour pleurer ! Car pas d’apitoiement dans l’écriture de Matthieu Simard mais plutôt du cynisme et de l’ironie, ce qui rend ce roman assez hors norme. On ne sait pas s’il faut rire de cette dystopie (c’est-à-dire roman post-apocalyptique) ou s’il faut être en empathie avec les personnages : du coup, on zigzague d’un sentiment à l’autre, on alterne les moments grinçants et les moments émouvants. Et cela m’a beaucoup plu !

On suit le personnage principal (l’auteur qui se met en scène) dans sa quête pour retrouver l’amour (il venait de se séparer de sa copine lorsque le drame est survenu et il est resté seul avec la plante verte de sa chérie qui finit par crever (je parle de la plante). Il erre dans la ville, rencontre des femmes, s’unit à elles. Elles meurent dans des bruits de respirations atroces, les poumons dévastés par la poussière, elles ont les membres croûtés, le personnage principal ampute une jambe… Il rencontre ensuite un petit garçon, les deux se font compagnons de route, puis la mort doit les séparer. Tout semble absurde dans Une fille pas trop poussiéreuse, mais c’est peut-être ça le sens de la vie ? Matthieu Simard, mine de rien, sous son récit où interviennent l’humour et la mélancolie, nous fait réfléchir à l’amour, au bonheur et à l’humanité.

Mais j’ai vécu la mienne, ma fin du monde, et elle était pleine d’amour, au-delà des filles. Pleine de frôlements, de silences qui valaient plus que les mots. Pleine d’une vie parfaitement douloureuse. Pleine d’une beauté juste assez poussiéreuse.

C’est la fin du monde, c’est inéluctable. Mieux vaut en rire qu’en pleurer ! Si vous cherchez un roman hors du commun, et un moment de lecture déboussolant, je vous le conseille fortement !

Une fille pas trop poussiéreuse, de Matthieu Simard, Stanké, 2019.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s