Mes lectures

Mrs Hemingway, de Naomi Wood

J’ai adoré Mrs Hemingway ! La plume de Naomi Wood retrace avec subtilité la vie des femmes d’Ernest Hemingway. Il en a eu quatre tout de même ! Hadley, Fife, Martha et Mary. Quatre femmes qui ont accompagné la vie de ce géant de la littérature, quatre femmes intelligentes, sensibles et belles, qui se déploient comme un éventail de début des années 1920 lorsqu’Ernest Hemingway est un écrivain en herbe jusqu’à son suicide en 1961 dans sa finca de Cuba. Ce roman offre un portrait intimiste de l’auteur de Le Vieil homme et la mer, baroudeur, pêcheur hors pair, amoureux éperdu qui veut épouser ses maitresses à tout prix tout en gardant sa femme, travailleur acharné, ivrogne, brutal… Le portrait n’est pas glorieux mais vu à travers l’œil de ses femmes, on ne peut que l’aimer.

Hadley Richardson, la douce, l’effacée, la première femme lorsqu’ils sont dans leur vingtaine. La parfaite épouse qui s’efface lorsque sa rivale s’impose. Et loin de croire à un renoncement, l’auteur Naomi Wood nous présente une femme qui fait le choix de laisser sa place.

Fife Pfeiffer, de son nom Pauline mais personne ne l’appelle ainsi, l’élégante, la mondaine. Elle passe ses années avec Ernest Hemingway dans leur maison à Key West. en Floride. On y croise les Fiztgerald, les Murphy, on festoie et surtout on s’enivre jusqu’au petit matin. Fife qui ne résiste pas à l’arrivée de Martha Gellhron, reporter de guerre aux côtés d’Hemingway. Fife qui aimera Ernest toute sa vie, souffrant terriblement de leur divorce.

Martha Gellhron. Un mariage de 1940 à 1945, une vie à la finca à Cuba et l’envie de Martha se repartir au front, de travailler, d’être reporter alors qu’Hemingway qui vieillit doucement, contrairement à ses femmes toujours plus jeunes, aspire à profiter de la douceur et des odeurs délicieuses de l’île.

Puis à la libération de Paris, Mary Welsch est déjà là, et Martha demande le divorce. Mary, qui abandonne le journalisme sans regret, pour devenir avec amour Madame Hemingway, jusqu’à la mort de l’homme.

L’auteure Noami Wood adopte un processus narratif en chassée croisé. L’histoire est chronologique, et l’on suit mariage après mariage et divorce après divorce les pas de chacune des Mrs Hemingway. Et surtout, les épouses d’Ernest Hemingway se côtoient, se connaissent, parfois se respectent, parfois se détestent ! Et c’est le grand bal de l’amour autour de cet homme charmant, séducteur, de plus en plus souvent ivre et en proie à des tourments dépressifs. Le jeu de miroir lorsque l’auteure décrit une situation ou un événement vécu d’une façon bien différente d’une épouse à l’autre est amusant !

Je suis sortie de cette lecture galvanisée par la force de ces femmes, par les parfums des jardins citronnés de Key West et de Cuba, enivrée par les daiquiris bus à longueur de journée. Un roman qui parle d’amour et d’abnégation avec tellement de respect que c’est magnifique ! Et cette lecture me donne une folle envie de relire Ernest Hemingway…

Mrs Hemingway, de Naomi Wood, La Table ronde, 2017. Traduit de l’anglais par Karine Degliame-O’Keeffe. Première publication Picador, 2014.

5 réflexions au sujet de “Mrs Hemingway, de Naomi Wood”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s